Evolution de la maladie de Parkinson

Les stades de la maladie de Parkinson sont corrélés à l’intensité de l’altération des mouvements et l’importance de l’incidence sur la vie quotidienne. Les échelles les plus couramment utilisées se basent sur les symptômes moteurs. De nouvelles échelles incluent maintenant des informations sur les symptômes non moteurs comme les problèmes cognitifs ou l'odorat.

L'échelle de Hoehn et Yahr classe les symptômes sur une échelle de 1 à 5 : 1 et 2 représentent le stade précoce, 2 et 3 le stade intermédiaire et 4 et 5 le stade avancé de la maladie de Parkinson.

Une autre échelle couramment utilisée pour évaluer la progression de la maladie de Parkinson est l' «United Parkinson's Disease Rating Scale» (UPDRS). Elle évalue les symptômes moteurs. L'UPDRS tient également compte des difficultés cognitives, de la capacité à mener des activités quotidiennes et des complications du traitement.

MALADIE DE PARKINSON LÉGÈRE

L’altération des mouvements peut être gênante, mais elle n'affecte pas les activités quotidiennes.

MALADIE DE PARKINSON MODÉRÉE

L’altération des mouvements se produit des deux côtés du corps et les mouvements sont plus lents. Des problèmes d'équilibre et de coordination peuvent se développer. Les mouvements peuvent se bloquer ; on parle alors d’épisodes de «freezing». Les symptômes peuvent réapparaître rapidement et de façon inattendue. On peut comparer ces périodes à un interrupteur de lumière que l’on allume et éteint (syndrome «on / off» ). Les effets des traitements de la maladie Parkinson ont tendance à se dissiper entre chaque prise. (effet Wearing off)

 

MALADIE de PARKINSON avancée

Ce stade se traduit par des difficultés à se lever ou marcher. Les patients ne sont souvent plus en mesure de vivre seuls et une assistance est nécessaire pour toutes les activités quotidiennes.
Si les traitements oraux ne parviennent pas à contrôler les fluctuations motrices, d'autres options thérapeutiques pouvant accompagner les patients dans la gestion de leurs fluctuations sont à envisager, comme la stimulation cérébrale profonde, le traitement par perfusion continue ou l’administration entérale.

France parkinson : https://www.franceparkinson.fr/ Consulté le 01/06/19